GalerieAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 1° partie==>VERIFICATION ET MODIFICATION ARMES PN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HOFFER
Sheriff Adjoint
Sheriff Adjoint


Messages : 1223
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 61
Localisation : Saint Etienne

MessageSujet: 1° partie==>VERIFICATION ET MODIFICATION ARMES PN   Mar 23 Juin - 19:43

Le canon c'est la piéce sur laquelle on se doit d'être intransigeant à l'achat que ce soit neuf ou d'occasion !

Car c'est celle sur laquelle on peut le moins faire d'amélioration.
On prendra soin de vérifier qu'il n'est pas corrodé, avec de belles rayures et pas de dépots dans les creux.
Les depots de plombs peuvent d'ailleur etre enlever avec certains solvants spéciaux qu'on touve en armurerie.
Attention ! certains sont toxiques et il convient de bien lire la notice !
On peut parfois rendre son poli-miroir a un canon. Il suffit apres nettoyage, ( ecouvillon cuivre, nylon, puis coton) de passer un morceau de tissu ou une bourre coton, imprégné de pate a roder spéciale canon, ( a voir avec son armurier) ou a défaut, de pate a roder extrémement fine.
Ce passage doit, autant que possible, se faire dans le sens de la balle et en forcant modérément dans le canon .
N'abusez pas de cette technique, le but n'est pas dobtenir un canon lisse !
Le flanc des rayures et leur angle supérieur doivent rester superbes pour permettre a la balle de prendre au mieux, sa vitesse de rotation...
Ensuite, de nouveau un netoyage et un huilage en regle.
A ce propos, l'écouvillon cuivré n'est à utiliser qu'en cas de gros encrassement... le nylon et le coton sont plus doux pour les surfaces internes et suffisent généralement à un excellent nétoyage à l'eau chaude et au liquide vaisselle, si on netoye l'arme rapidement aprés le tir.

Sur les canons vissés dans la carcasse, il arrive régulierment que le canon présent une sorte de boursouflure interne sur la partie qui est vissée... ça peut etre bénin, comme être un défaut qui classe l'arme comme éternellement imprécise... l'éssai à faire, est alors de faire passer à l'aide d'un pousse-balle adapté, une balle du bon calibre dans le canon huilé... si il y a une grosse différence d'éffort à forcer la balle dans le canon, entre cette partie, et le reste du canon, on peut considérer qu'il est mort... si la différence est peu notable, et bien, ça sera jamais une arme de compétition, mais il peut quand meme rester precis... les essais en déciderons !

L'âme du canon doit être parfaitement aligner avec la carcasse. un examen visuel suffit à se donner une idée est détecter un angle qui ne devrait pas y être... Loin d'étre empirique, cette méthode simplement visuelle donne une très bonne idée de l'alignement de l'ensemble.
ATTENTION, parfois, on a l'impression que le canon est foré de travers... c'est parfois vrai, mais il se peut aussi que ce soit les surfaces exterieures du canon, qui soient désalignées et fausse notre jugement...

Sur une arme à carcasse fermée, on peut aussi procédé comme suit :

Sur une surface plane, on fait reposer la carcasse de l'arme (hors bouclier), barrillet enlevé...
On mesure ensuite la distance entre la surface plane et l'intérieur du canon...
On recommence en mettant l'arme sur l'autre face.
Les 2 mesures doivent être identique au demi-millimetre prés...au dela, c'est qu'il y a un probléme... a vérifier lors du tir...


Vérification d'alignement des chambres :

Cheminées retirées, on présente toutes les chambres du barillet en face du canon, avec une forte lumiere venant des trous de cheminées....
En regardant dans le canon, et en armant le chien à chaque fois, on vérifie que la liaison entre les chambres et l'entrefer présente une belle concentricité...
On peut augmenter la luminosité en inserant un bout de papier blanc entre le chien et le barillet....
Si on détecte un "quart de lune " noir trop important d'un coté, l'arme est à déclasser... un petit défaut a peine perceptible n'est, par contre, pas bien grave,car le cône de raccordement à l'entré du canon est aussi là pour centrer les balles qui arrivent un peu désaxées
Vérifier en même temps, que le jeu du barrillet ne risque pas de trop désaligner les chambres en le forcant à gauche et à droite...

Il n'est pas rare de s'apercevoir aussi que le canon est un poil trop, ou trop peu, vissé : ça se voit aux faces sur les canons octogonaux, et aussi , à l'inclinaison que peut avoir le guidon par rapport au reste de l'arme.
Pas d'affollement, avant de sauter dessus pour le dévisser, ou le renvoyer avec lettre d'insulte au vendeur : Faite plusieur essais au tir.
Si il s'avere qu'effectivement, le guidon n'est pas dans l'axe et surtout si celui ci n'est pas réglable, on peut effectivement envisager un démontage-remontage du canon...Mais ce n'est à faire que par les bricoleurs les plus expérimentés
Pour ce faire, il faut immobiliser la carcasse dans un étau, en prenant soin de se prendre le plus près possible du canon, et en ayant des mors ne marquant pas la carcasse...
A l'aide d'une clé parfaitement réglée aux pans du canon (pour les canons hexagonaux) ou d'une clé spéciale pour les canons ronds, on tente un desserrage.
Certains canons sont sérrés et collés au frein-filet, une colle spéciale pour assemblage vissé... un coup de décapeur thermqiue ou de soudogaz sur la carcasse permet de liquéfier cette colle et aide au démontage... avant que ça ne se refroidisse, il convient d'aligner poprement le guidon en serrant plus ou moins. A ce niveau de réglage, il est inutile de dévisser le canon entierement.

Les extrémités du canon sont les partie les plus importantes du tube... c'est elles qui centrent la balle au niveau du cône de raccordement, et qui la libere à la bouche... entre les deux, les rayures ne sont là que pour donner la rotation et un peu de vitesse par l'intermediaire de la pression qui monte, qui monte, qui monte....
Le cône de racordement, situé du coté du barillet se doit d'etre bien lisse et la prise de rayure doit etre franche... certains repolirons le cône au Dremel, avec feutrine et pâte a roder, mais là encore, c'est chercher la petite bête... si le canon est bien fabriqué, c'est une opération inutile...

La bouche est trés importante aussi... les rayures doivent se finirent dans un même plan, sous peine de donner de l'effet à la balle... et le but c'est qu'elle sorte avec pour seul effet, de tourner autour de son axe vitesse... pas en tournant dans tous les sens !
Si ce n'est pas le cas ou que le canon a pris un coup juste a sa bouche, la solution la plus simple consiste à fraiser proprement la bouche , sur quelques dixiemes de profondeur...cette opération peut être effectuée par un armurier équipé d'une fraise de bouche, mais est aussi à la portée de n'importe qui ayant un outil à chanfreiner à 45° et sachant s'en servir.
Suite à un tel usinage, il n'est pas inutile de passer un coup de tampon avec de la pate à polir dans le canon en respectant le sens de trajet de la balle...
Ensuite, netoyage....


L'AXE de BARILLET :il doit permettre une rotation à sec du barillet, sans point dur, mais sans trop de jeu non plus...Il arrive qu'un barillet ayant un peu trops de jeu sur l'axe, et qui tourne sans souci a la main, se bloque lors de la tentative de rotation éffectuer par le mécanisme. En effet, le doigt élévateur pousse le barillet, vers le haut, et vers l'avant... parfois,ça suffit au barillet pour se mettre légerement en travers et la face avant du barrillet viens frotter contre le canon et bloquer...Vue qu'il n'y a pas vraiment de possibilité de reduire le jeu entre l'axe et le barillet ( a moins de trouver un barillet ayant un trou d'axe plus faible), la solution est de modifier l'entrefer, ce qui peut se faire en poncant trés legerement la face d'entrée du canon... Operation a n'effectuer que par les plus" mecanos ajusteurs" d'entre vous...


L'axe a tendance à se marquer au niveau du frottement de l'avant du barillet...c'est un rodage naturel, qu'on peut de temps en temps se permetre de polir....à fortes charges ou usure importante, c'est à cet endroit que l'axe de barillet risque de se briser.

Certaines armes n'ont pas d'axe , nottament sur les starr ou c'est le barillet qui comporte des usinages lui permettant de s'engager dans la carcasse, et de tourner dans des palliers rectifiés. En général, ce n'est pas la peine d'y toucher car la rotation est parfaite et le jeu , minimum.... un pollisage manuel peut etre envisagé si de la corrosion s'y est déposé !


LE BARILLET:Les entrées des chambres peuvent être très légèrement chanfreinées à l'aide d'un outil à chanfreiné entre 45° et 60° (l'outil pour ébavurer les étuis en rechargement est parfait pour ça).


Opération faite à la main, pour éviter de trop enlever de matiere... Le chanfrein doit être visuellement le même pour toutes les chambres...
Certains barillets d'occasion présentent des traces duent au refouloir, est ça a parfois des consequences sur la cylindricité de la sortie de chambre... ce chanfrein permet de réduire , voir, d'enlever la partie maltraitée.
Ca permet aussi un enfoncement plus facile des balles, et limite l'éffet "collerette" cher à certains. La balle est rentrée par recalibrage plus que par enlevement de matiere, c'est meilleur et permet une plus grande surface de prise au rayures de la balle...
L'interieur des chambres peut être poli, mais doucement au dremel est à la pate à roder... c'est seulement utile sur 20mm , là ou les balles se positionnent... ce polissage ne doit être fait que si les chambre présentent des différences d'état de surface, ou un état de surface moyen. le fond des chambres reste comme il est !
il faut aussi être sûr de ne pas faire du cylindre parfais des chambre, un cône, car sinon, les balles ne tiendrait plus dans leur logement, et les premiers tirs finirais par déssertir les balles restantes...
C'est d'ailleur une des causes des balles bien serties et qui tombent quand même toutes seules...à moins d'être un champion de la mécanique et de réaleser les chambres, il faut envisager l'achat d'un barillet neuf.
Il n'est pas utile d'obtenir une surface "miroir" ... c'est juste pour rendre les chambres un peu plus douces.

La face avant du barillet doit être la plus plane possible et rigoureusement perpendiculaire à l'axe de rotation.. Les plus doués pourront se permettre de retoucher à la pate à polir un endroit qui poserait éventuellement souci lors de la rotation du barillet , si celui ci frotte sur l'entrefer du canon, suite à une déformation de l'entré d'une chambre, mais ça reste une opération délicate....

A l'arriere, le rochet n'a généralement besoin d'aucun polissage, mais suivant les traces laissées par le doigt élévateur, on peut se permettre de les polir au dremel et à la pate à roder...pas vraiment utile, mais bon...

l'endroit ou porte le barillet sur la carcasse arriére se rode tout seul, aucune action à faire si ce n'est d'utiliser l'arme....

les encoches de verouillage du barillets, ne doivent en général jamais être modifiées, à moins qu'une d'entre elle présente un defaut ( verouillage impossible de l'indexage) du à un mauvais traitement...

ENTREFER CANON-BARILLET: cet entrefer se mesure avec des cales d'épaisseur, tout en repoussant bien le barillet vers l'arriere... effectivement, lors du départ du coup, le barillet sera de toute facon repoussé vers l'arriere, et l'entrefer sera donc maximal....


Un entrefer inférieur a 0,05 mm risque d'être source de blocage quand les résidus de poudre vont tapisser la face avant du barillet...
une bonne moyenne est de 0,15mm
A partir de 0,25mm on considére que l'entrefer devient problématique pour une bonne homogénéité des pressions ... l'arme à alors plus de risque d'avoir des différences de pression dans le canon, et donc, des différences de ballistique... l'arme aura du mal a grouper...
VOIR 2° PARTIE

_________________
bonjour a toi Invité
Jean-Michel

je suis

http://western-petoires.forumactif.org/profile.forum


Dernière édition par HOFFER le Mar 23 Juin - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://western-petoires.forumactif.org/
KERI
The Good
The Good


Messages : 100
Date d'inscription : 26/05/2009
Age : 72
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: 1° partie==>VERIFICATION ET MODIFICATION ARMES PN   Mar 23 Juin - 20:08

Bien vérifier aussi l'état du barillet
J'ai acheté un Rémington d'occase pas cher
En tirant avec, mes résultats ne me convenaient pas
J'ai vérifié toute l'arme et en inspectant le barrilet
j'ai constaté qu'un des orifices de chambre n'était pas
tout à fait circulaire
On voyait une marque faite par une chute probablement
et comme l'acier de Pietta n'est pas très dur cela avait
du modifier l'entrée de la chambre
Un coup d'alésoir et tout est rentré dans l'ordre
affraid
Revenir en haut Aller en bas
 
1° partie==>VERIFICATION ET MODIFICATION ARMES PN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Restau chinois dans le coin de la salle d'armes
» modification pot origine
» Adaptation du cylindre 125 YZ sans autre modification
» verification du condo...
» Modification chicanes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Pétoires :: Divers :: Trucs et Astuces-
Sauter vers: